foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Candidats aux législatives

Tous à Paris le 18 mars 2017

 

charia_hebdoJean-Luc Mélenchon sur Europe 1, qualifie de "répugnant" l'incendie dont a été victime Charlie Hebdo, dans l'hypothèse où serait confirmé son caractère criminel.  "Si c'est un incendie volontaire, c'est tout à fait répugnant, je veux dire ma sympathie mon affection à l'équipe de Charlie Hebdo, je suis sûr que le journal va trouver la force en lui de rebondir".
Il a appelé les auditeurs et le public à "avoir la discipline intellectuelle de ne pas confondre une poignée d'imbéciles, d'abrutis qui seront rudement châtiés, je l'espère, avec la masse de nos compatriotes musulmans qui pratiquent leur foi en toute tranquillité".Interrogé sur l'aspect provocateur de l'édition de Charlie rebaptisé "Charia Hebdo" avec comme rédacteur en chef "Mahomet", Jean-Luc Mélenchon a répondu: "Si on doit commencer à mettre une entrave à la liberté d'expression, on met le doigt dans un engrenage dont on ne sait pas comment on sortira". "Charlie assume ses choix éditoriaux, c'est la loi de la liberté de la presse. Le délit de blasphème n'existe pas pour la raison que le blasphème n'existe pas, nous sommes ici la République française, c'est cette loi là qui s'applique", a-t-il ajouté.

Commentaires  

 
#1 Un acte aussi répugnant que le dessin est stupide...Brard 15-11-2011 08:24
... quoi que peut-être pas si désintéressé qu'il n'y paraît.

Extrait de "Quand l'humour se met au service de l'idéologie", un article de Nadia Aissaoui et Ziad Majed paru sur Médiapart :

"(...) il est surprenant, pour ne pas dire navrant, de constater qu’à l’heure où l’opinion publique dans la majorité des pays occidentaux découvre une composante prometteuse et courageuse du monde arabe, jeune, qui a inspiré de nombreux mouvements de contestation cette année, de Madrid à Wall Street, et qui se bat à l’heure actuelle contre le despotisme, Charlie Hebdo ne trouve rien d’autre à publier que ces caricatures simplistes. Quand des millions de femmes et d’hommes occupent les places publiques du Yémen à Bahreïn, de la Tunisie à l’Egypte et de la Libye à la Syrie pour revendiquer la liberté et la justice, que les échanges sur la toile rapprochent les populations des deux bords de la Méditerranée, pourquoi rechercher des clivages et véhiculer cette croyance que « musulmans et démocratie sont incompatibles » ?"
 


Copyright © 2017 PG14 Rights Reserved.