foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Candidats aux législatives

Tous à Paris le 18 mars 2017

 

Nous sommes nombreuses et nombreux au sein de la Communauté de Communes de l'Estuaire de la Dives (CCED) à être sensible aux questions d'environnement et tout particulièrement aux traitements de nos déchets.
Aussi, il ne saurait être question de considérer les personnes indélicates, qui déposent leurs déchets de façon sauvage, comme des citoyens respectueux des autres et de la nature. Faut-il pour autant les considérer comme des « ordures » ?
C'est pourtant ce que fait M. Colin dans le numéro 23, page 5, du journal de l'Estuaire de la Dives, où figure un encart où l'on peut lire, en caractères fantaisistes :
"Dépôts sauvages : ASSEZ !! 
C'est qui la véritable ORDURE ?"

Certes, cette façon de s'adresser aux citoyens est à la hauteur des "casses-toi pov' con" et des "nettoyages de banlieues au Karcher" de SARKOZY. Et, il est usuel dans cette famille politique de dresser les uns contre les autres, tellement il est plus facile de s'en prendre à des administrés indélicats, qu'à ceux qui ruinent notre pays : patrons, financiers, banquiers et autres spéculateurs... protégés par le bouclier fiscal et autres ristournes faites aux riches (150 milliards d'euros par an). Faut-il à ce propos citer Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches. »
Mais revenons aux pancartes, s'agit-il d'un dérapage de ses conseillers, d'une faute d'attention de sa part, de la volonté d'être vulgaire ou provocateur ?
Nous demandons, au président COLIN, un affichage conforme aux valeurs républicaines.
Par ailleurs, le temps n'est-il pas venu monsieur COLIN de mettre en place le Conseil-Consultatif que prévoit la loi ?
Stéphane POUSSIER

Pour interpeller le président COLIN

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

cced n23-5


Copyright © 2017 PG14 Rights Reserved.