foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Candidats aux législatives

Tous à Paris le 18 mars 2017

 

Le peuple grec vient d’infliger une sévère déculottée aux partis qui ont mis en oeuvre l’austérité demandée par la Troïka (Commission européenne, BCE, FMI).

Le Pasok (équivalent du PS) perd plus de 30%. Nia Dimokratia (équivalent de l’UMP) en perd plus de 14. Le message est clair: le peuple n’accepte plus de payer pour les banques, d’assister à la casse complète des services publics, de voir les entreprises fermer une à une, de perdre leurs emplois et de vivre majoritairement dans la misère.

Dans ce contexte, plus de 34% des votants ont choisi l’autre gauche pour les représenter. Ils ont placer largement en tête, devant le Pasok, la force d’union que représente Syriza. Cette coalition soeur du Front de Gauche français propose l’union au parti communiste grec (KKE), à la Gauche démocratique (DIMAR) et aux Verts. Elle est arrivée en première position à gauche avec pas moins de 16,7% des voix, près de 4 fois son score aux dernières législatives, loin devant les autres forces de gauche. Elle s’impose désormais comme la deuxième force politique en Grèce.

Présent aux côtés de Syriza tout au long de la dernière semaine de campagne, le Front de Gauche salue son résultat. Nous espérons que le message du peuple sera entendu partout en Europe. Nous souhaitons que l’autre gauche grecque s’inscrive dans la dynamique de Syriza et accepte enfin la main tendue de celle-ci en vue de former un front commun.

Si la formation d’un gouvernement semble aujourd’hui difficile, il est en tous cas une chose qui est claire: il ne pourra pas être favorable à l’austérité. La logique voudrait que ce soit un gouvernement de l’autre gauche qui se forme. Nous en formons le voeu, pour la Grèce et pour l’Europe.

Vive Syriza! Vive le peuple Grec!

Celine MENESES


Copyright © 2017 PG14 Rights Reserved.