foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Candidats aux législatives

Tous à Paris le 18 mars 2017

 

 

Après avoir annoncé, le 6 novembre lors d’une réunion de la commission locale d’information de Flamanville (CLI) les premiers essais de L’EPR pour 2016 et son couplage total en 2018,  « promis !  juré » ! Patatras ! Ce 18 novembre, en fin de soirée, EDF communique sur une nouvelle révision de son planning : démarrage de l’installation prévu en 2017. Et une nouvelle année de retard !

 

Rappelons que le décret de création de l’EPR, signé le 10 avril 2007 précise que "Le délai pour réaliser le premier chargement en combustible nucléaire du réacteur est fixé à dix ans à compter de la publication du présent décret au Journal officiel de la République française", c'est-à-dire avant le 11 avril 2017, date à partir de laquelle ce décret de création ne sera plus valable.  Conséquence : si ce délai est dépassé il faudra refaire toute la procédure administrative, y compris une enquête publique. De nouveaux retards à la clef...

Dans cette course contre la montre,  alors que s’accumulent, retards de livraison ( la faute à AREVA dit  EDF) et nouvelles difficultés techniques ( notamment défaut de soudure au niveau des générateurs de vapeur, expertises sur les matériaux de la cuve...), on peut craindre qu’EDF ne veuille coûte que coûte mettre le “monstre “ en marche, au détriment de la sécurité. Dénoncé dès l’origine par le CRILAN comme inutile, dangereux, coûteux, L’EPR s’avère plus coûteux que jamais : de 3 milliards d’euros, réévalué à 8,5 milliards, son coût sera probablement proche de 10 milliards ...

 Au moment où s'amoncellent les difficultés financières, notamment chez AREVA, où des suppressions d’emploi sont déjà annoncées en Allemagne et aux USA et des coupes sombres se profilent, il est plus que temps d’arrêter  les frais !

 


Copyright © 2017 PG14 Rights Reserved.