foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Candidats aux législatives

Tous à Paris le 18 mars 2017

 

Le samedi 1er octobre a connu la plus grande manifestation antinucléaire depuis 2011 (dixit France inter) entre Siouville-plage et le port de Dielette (Flamanville). Sous la pluie, la grêle et le soleil, 5000 personnes ont exigé l'arrêt du nucléaire en France, rappelant le danger de cette énergie et soulevant que 3/4 des réacteurs de centrales de notre pays (42 sur 58) auront dépassés les 30 ans d'existence d'ici la fin de l'année 2016. Pourtant malgré les catastrophes de Fukushima, de Tree mile Island et de Tchernobil, Ségolène Royal s'est elle déclarée en février de cette année, "prête à donner (le) feu vert au prolongement de dix ans de la durée de vie des centrales nucléaires française" , initialement prévu à 40 ans en France.

 

Le choix de Flamanville ne doit évidemment rien au hasard,  c'est là que l'EPR est en cours de construction. Sa mise en service est sans cesse repoussée pour cause de malfaçons et les surcoûts toujours plus élevés. Selon France 3 "le 25 avril 2016, AREVA a informé l’ASN des premiers résultats d'une analyse complémentaire sur la qualité de la fabrication dans son usine de Creusot Forge. Ils mettent en évidence des irrégularités dans le contrôle de fabrication d’environ 400 pièces produites depuis 1965, dont une cinquantaine seraient en service sur le parc électronucléaire français. Ces irrégularités consistent en des incohérences, des modifications ou des omissions dans les dossiers de fabrication portant sur des paramètres de fabrication ou des résultats d’essais".


Copyright © 2017 PG14 Rights Reserved.