foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Candidats aux législatives

Tous à Paris le 18 mars 2017

 

Nos précédents échanges au sein de la commission écologie et société ont clarifié nos idées et approches concernant l’EDD, ce "nouvel avatar du mythe économique dominant " et ses promoteurs (avec le film "Home", la dernière production d'Europa Corp. et le dernier film de Nicolas Hulot,…)

Comme vous le savez, la société civile assume, depuis quelques années, sa responsabilité et sa détermination à vouloir construire une Education à « l'EDD » (FNE, Ecole et nature, Graine, Francas, petits débrouillards, etc..) dans notre pays avec très peu de moyens. Des hommes et des femmes des fédérations et des associations tendent la main comme partenaire aux autres sphères de la société pour travailler et élaborer une culture commune et partagée.

Nous proposons, pour relever les nouveaux défis sociaux, économiques, environnementaux et culturels de notre société et pour répondre aux enjeux majeurs soulevés par l’impact des pratiques productivistes du capitalisme mais aussi des comportements et des modes de consommation véhiculés par la  Pub capitaliste non soucieuse de l'épuisement des ressources de notre planète, une révolution pacifique par l'éducation populaire, par la formation et l'information du citoyen tout le long de la vie. L’école a un rôle prépondérant à jouer dans ces démarches et les jeunes constituent la première cible à sensibiliser et à informer.

Comment pouvons-nous élaborer et mettre en œuvre cette démarche, avec quelle méthodologie, sur quel contenu, quelles sont ses finalités, avec quels partenaires, avec quels moyens et comment l’évaluer dans le temps pour en appréhender les freins et leviers ?

Des propositions ont été discutées et certaines proposées et acceptées au sein de la commission concernée, le comité 64 a soumi à la commission écologie et société sa contribution concernant la place de l'éducation “la place de l’instruction est déterminante” pour répondre à l'urgence écologique et à la “bataille culturelle et éthique”.

Nous sommes convaincus au PG que l’éducation populaire  pour un alter-développement (EPAD) doit être un « préalable » qui accompagne nos actions politiques.

Un tel projet relève autant d'engagements collectifs que d'une responsabilité individuelle. C'est pourquoi l'Ecole devient un lieu privilégié en termes d'action et de formation à l'éducation pour un alter-développement. Cette démarche de progrès doit promouvoir une démocratie active et rénover l'approche citoyenne. L'accès à l'information et à la transparence, l'inscription dans son territoire, son contexte et ses problématiques en sont des pré-requis.

Finalités : L’éducation populaire pour un alter -développement (EPAD) prépare les générations futures à de nouvelles formes de responsabilité (sans les culpabiliser, ni responsabiliser les enfants à la place des adultes) et à la compréhension de la complexité pour qu’elles puissent répondre demain aux enjeux social, économique et à l'urgence écologique.

UNE POLITIQUE DE L’EPAD DANS L’E.N.

L’EPAD doit s’inscrire dans de nouveaux programmes scolaires élaborés et concertés avec la communauté éducative, en particulier pour la discipline économie et gestion qui véhicule encore la pensée dominante du capitalisme. Dans l’Education Nationale, contrairement à l’EDD et à l’E3D (établissement en démarche de développement durable), l’EPAD doit s'accompagner de moyens de mise en œuvre et doit s’appuier sur des dispositifs pédagogiques disciplinaires comme pluridisciplinaires, des actions éducatives, des projets d’écoles et d’établissements scolaires, mais l’EPAD doit être aussi  intéger les formations initiales et continues dispensées pour les agents des différents sphères de notre société : collectivités territoires, entreprises, associations et syndicats.

La question de l’EDD se pose cependant :

L’éducation pour un alter développement (EPAD) dans notre parti, doit- elle marquer sa  différence avec le concept de l’EDD défini et adopté dans le rapport Brantland en 1987, le programme d'actions pour le 21ème siècle (ou Agenda 21) de Rio en juin 1992,  de la stratégie nationale EEDD 2003-2008, Agenda 21 national ou / et régional, etc.. ?

Sur le plan de l’établissement scolaire, de l'entreprise, ... :

Les élèves (comme l’ouvrier, l'employer par exemple) vivent et passent une majorité de leur temps dans l’établissement (entreprise, ..), il est donc important que l’établissement soit le lieu d’expérimentation de cette éducation, lieu d’action, espace de vie et donc espace d’apprentissage et de travail transversal. C’est aussi en vivant ce qui est appris et en mettant en cohérence les apprentissages que cette politique de l’EPAD prend tout son sens et contribuera au développement économique et au progrès social.

Sur le plan pédagogique :

- L’EPAD doit être intégrée au sein de chaque discipline pour appréhender de manière diversifiée, dans le temps et l’espace, les conséquences des activités humaines et l'exploitation non contrôlée des ressources naturelles.                                                                    

- L’EPAD s'appuie sur des projets pédagogiques croisant plusieurs disciplines au sein de dispositifs spécifiques En effet, l'EPAD nécessite une vision systémique des phénomènes étudiés.                          
- L’EPAD s’appuie aussi sur une approche de terrain ou sur des projets concrets destinés à sensibiliser les acteurs du territoire.

Sur le plan du fonctionnement de l'établissement, de l'entreprise,... :

- L’EPAD implique de décloisonner et de croiser les approches éducatives avec les modalités de fonctionnement de l'établissement. Sa mise en œuvre peut permettre de maîtriser les ressources naturelles (eau, énergie, déchets,... et donc d'améliorer les pratiques de consommation des citoyens, circuits courts de distribution pour la cantine, économies d’énergie ou d’eau, valorisation des déchets, partenariats avec les entreprises et collectivités d'un territoire, …).

- L’EPAD débouche sur des réalisations concrètes menées d’abord dans l’établissement, en partenariat avec les collectivités, les associations ou les entreprises. L’objectif est de donner à chacun les outils lui permettant, à son niveau et dans sa situation, d'apporter des réponses et d’adapter ses comportements aux grands enjeux des prochaines décennies.

UNE POLITIQUE TERRITORIALE

Les compétences des collectivités territoriales en matière d’écologie, l’identification et les orientations partagées entre collectivités, services de l'Etat, établissements publics et société civile… ont conduit les décideurs, politiques entre autres, à travailler sur des plans d’actions territoriaux « EEDD » et à élaborer progressivement des agendas 21 qui se fondent sur un diagnostic du territoire régional et de leurs institutions, puis sur une sensibilisation des agents des collectivités territoriales et de leurs partenaires et enfin, sur une élaboration participative du plan d’actions impliquant les élus, les services déconcentrés de l'Etat et de leurs partenaires.

Comment peut-on mettre en place l’éducation populaire pour un alterdéveloppment, la formation et l’information des élus et des personnels à l’écologie sans se heurter aux projets d’actions EDD déjà mis en place ?

Il est souhaitable que la commission n°4 du PG puisse se saisir des quelques pistes ci-dessous pour enrichir, approfondir et  apporter des réponses à la question de l'éducation Populaire mais élargir aussi le débat à d'autres thématiques locales (régionales).

Finalités du « développement durable », définies dans l’agenda 21, Rio juin 1992 et mots clefs pour des actions à mettre en œuvre à la rentrée prochaine au sein des établissements.

- Epanouissement de tous les êtres humains, cohésion sociale et solidarité entre territoires (Quelques mots clé : Alimentation, Hygiène-santé, lutte contre les discriminations, prévention et gestion des conflits, accès à la connaissance, à l’information  et à la culture, solidarité)

- Préservation des ressources naturelles et énergétiques, dynamiques de l’alter-développement suivant des modes de production et de consommation responsables (Eau, citoyen responsable, matières premières, agriculture, pêche, …)

- Lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère (habitations, équipements, transports, achats, circuit court)

- Préservation de la biodiversité (connaissance et respect des milieux, espèces -faune-flore)

- La gouvernance (Acteur- écoute - respect – cohérence, Organisation de la participation),  la gouvernance (citoyenne) et le fonctionnement démocratique reposant sur l’engagement désintéressé, bénévole et citoyen.

Autres propositions pour les plans d’actions :

- protection de la nature et de l’environnement,

- adapter les énergies aux territoires,

-  maîtriser la forme urbaine, protéger l’espace et l’agriculture périurbaine,

-  généraliser les Plans Climat Energie Territoriaux.

Propositions  au sujet des trames verte et Bleu (TVB) :

- la connaissance naturaliste,

- la prise en compte de la biodiversité dans l’aménagement du territoire,

-  l’ambition des politiques patrimoniales de conservation de la nature,

-  construction des TVB à l’échelle communale (code de l’urbanisme)

Déchets :

- avoir des objectifs chiffrés (réduire les déchets d’emballage, électroménagers et les déchets d’incinération de d’enfouissements en CET)

- qu’il y ait des plans territoriaux et moyens financier (TG) pour l’enfouissement des déchets,

- Formation sur les déchets à destination des associations,

- Mobiliser les élus locaux sur les plans et les programmes concernant les déchets.

 

Brahim Boufrou


Copyright © 2017 PG14 Rights Reserved.