foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Candidats aux législatives

Tous à Paris le 18 mars 2017

 

aeroportPeut être 100 000 passagers pour 2010 ! Une liaison avec la banlieue de Londres même en période hivernale ! Quel succès pourrait-on dire ! Il y a sept ans il n’y avait que 17 000 passagers.

L’aéroport affiche même trois vols par semaine en direction de la banlieue de Londres par « City –jet ». Pourtant, il y a quatre ans encore, Deauville-Saint-Gatien devait devenir le grand aéroport interrégional et être le symbole réussi de la collaboration des deux régions, premier acte concret d’une possible réunification. Force est de constater qu’on en est heureusement loin.

Aucune ligne régulière à destination d’autres villes éloignées françaises n’a vu le jour. L’aéroport de l’agglomération caennaise Carpiquet demeure incontournable. Tout ça ne s’est effectuée que par le développement de vols charters, et de destinations « low cost » (bas coûts). Le choix des Présidents socialistes des Régions Haute et Basse Normandies et de leurs majorités, les écologistes y compris, est très critiquable. Il est en rien différent de celui de Philippe Augier, maire de Deauville (UMP-Nouveau Centre) et ancien Président du syndicat mixte qui gère l’aéroport.  

Alors arrêtons la gabegie des subventions aux intérêts privés. Halte aux projets soutenus par de l’argent public pour le profit de quelques uns !

L’aéroport de Saint-Gatien est éloigné des grands centres urbains et son développement ne peut que générer des déplacements automobiles sur des infrastructures routières déjà insuffisantes dans cette partie du Pays d’Auge. De même, cet aéroport est à proximité d’une grande forêt protégée de la région, son agrandissement aura forcément des conséquences nuisibles sur l’environnement. La mise en capacité des infrastructures routières se fera à son détriment.

La défense de l’intérêt général exige ici une très grande vigilance. Nous nous opposerons à toute collaboration entre la Haute et Basse Normandies pour la constitution d’une plateforme régionale à Saint-Gatien au détriment de l’aéroport du Havre. Surtout le développement d’un tourisme « low cost », quasiment hors-sol dans le cas de cet aéroport éloigné des grandes zones urbaines, peu respectueux de l’environnement, ne peut engager des fonds publics. Ces fonds doivent exclusivement servir au développement de transports de proximité, à la mise en place de la gratuité pour ceux-ci, et cela au service de la population et de l’économie réelle de notre région.  


Copyright © 2017 PG14 Rights Reserved.