foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Candidats aux législatives

Tous à Paris le 18 mars 2017

 

Economie

Déjà mise en examen pour "travail dissimulé" et "emploi illégal de personnel naviguant", la compagnie aérienne Ryan Air va encore plus loin dans sa course à l'argent et au capitalisme sauvage au détriment des salariés et du droit français. Après avoir quitté sa base aérienne de Marseille en réponse à sa mise en examen, provoquant par la même occasion d'importantes pertes d'emploi, elle remet cette fois-ci en cause, à travers un communiqué de presse, le droit de grève des salariés d'Astriam (société gérant la sureté aéroportuaire de l'aéroport de Marseille).

Lire la suite : Ryan Air ou le visage d'un capitalisme sauvage assumé

Le processus de production exige de moins en moins de travail et distribue de moins en moins de salaires. Conséquence : « il devient de plus en plus difficile de se procurer un revenu suffisant et stable au moyen d'un travail payé... Le remède à cette situation n'est évidemment pas de créer du travail, mais de répartir au mieux tout le travail socialement nécessaire et toute la richesse socialement produite. » (1) Le droit à un revenu suffisant et stable ne devra plus dépendre de l'occupation permanente et stable d'un emploi. Le travail commandé et payé « occupera de moins en moins de place dans la vie de la société et dans la vie de chacun. Au sein de celle-ci pourront alterner et se relayer des activités multiples dont la rémunération et la rentabilité ne seront plus la condition nécessaire ni le but... Le temps de travail cessera d'être le temps social dominant. » De cette vision découle la proposition d'André Gorz de garantir à tous une allocation universelle inconditionnelle et suffisante (2)

Lire la suite : Le revenu d’existence garanti selon Gorz

De la Commune de Paris (1871) à la Révolution polonaise (1980-1981), à l'Est comme à l'Ouest, l'autogestion est présente à tous les rendez-vous des crises révolutionnaires de la fin du XIX° siècle et du XX° siècle, ces moments où la question du pouvoir politique est posée à la suite de très fortes mobilisations populaires.

Lire la suite : L'autogestion dans l'histoire

JLMJean-Luc Mélenchon s’alarme du retour de la spéculation, alimentée par les fonds que les Etats ont octroyés au système financier durant la crise. Il s’inquiète également du sort des 1,5 millions de salariés qui appartiennent aux 5000 entreprises françaises ayant fait l’objet d’un Leverage Buy Out (LBO), c’est à dire d’un rachat financé par l’emprunt, et qui sont particulièrement vulnérables au resserrement du crédit.


Les bulles financières entrent dans une nouvelle phase de dilatation. Elles sont en voie de reconstitution avant même d’avoir été épongées. Les centaines de milliards injectés par les Etats pour sauver les systèmes bancaires n’ont pas été accompagnés de contreparties sérieuses pour changer les pratiques financières et bancaires.

Lire la suite : La crise financière va rebondir


Copyright © 2017 PG14 Rights Reserved.